De la sécurité des installations électriques

electric_substationLes médias québécois ont rapporté mardi un acte de sabotage sur un transformateur du poste Joly, près de Québec. Les malfaiteurs s’en sont attaqués à l’huile minérale nécessaire à leur isolement électrique. Selon la source citée par La Presse, le ou les coupables connaissaient bien le fonctionnement de ces équipements ainsi que leur point faible (question de transparence: j’ai travaillé plusieurs années pour Hydro-Québec, en tant qu’employé et consultant).

Ce n’est pas la première fois qu’on s’en prend ainsi à l’infrastructure électrique; au Québec, certains se souviendront d’une bombe placée sur un pylône en 2004. Plus récemment, un autre poste électrique, Californien celui-ci, a subit d’important dommage – dans ce cas si, les coupables ont tout simplement utilisé des armes à feu pour mettre hors d’usage 17 (!) transformateurs.

Les enquêtes sont en cours, mais peu importe les motivations qui se cachent derrière ces évènements disparates, on peut comprendre l’anxiété des autorités. La grille électrique est une infrastructure critique pour n’importe quel pays industrialisé, et la perte d’un poste électrique névralgique au mauvais moment pourrait avoir des conséquences très fâcheuses pour la région touchée.

On a souvent discuté dans le passé que les compagnies électriques pourraient être la cible de cyber attaques, et l’importance de s’en prémunir, mais ces exemples montrent qu’elles peuvent tout autant être vulnérables à des menaces plus conventionnelles. Et avant qu’on crie à l’incompétence, sécuriser convenablement le tout n’est pas une tâche si évidente que ça quand on parle de centaines de postes, souvent loin des zones urbaines ou difficiles d’accès.

Heureusement, les autorités sont parfaitement au courant de la situation. En Amérique – incluant au Québec – des règles de sécurité particulières doivent être respectées pour l’ensemble des installations et systèmes considérés critiques pour l’intégrité de la grille électrique. Ces règles sont imposées à travers des normes dictées par la North American Electric Reliability Corporation.

Depuis 2 ans, un exercice annuel panaméricain a également lieu, le GridEx, qui rassemble l’ensemble des acteurs privés et publics, et qui a pour but de simuler une panne d’envergure du réseau électrique. Il ne s’agit que d’une simulation papier, aucune « panne » n’a réellement lieu, mais ce genre d’exercice permet quand même aux participants de mieux comprendre et d’échanger sur les risques auxquels ils font face, et sur les moyens disponibles pour les mitiger.

Advertisements

Commentez cet article

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :